Le Réveil Lozère 08 avril 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le trophée Technilait trace sa route

En pleine pandémie de Covid-19, le concours des miss laitières a dû être annulé. Cependant, l’un des pendants de ce week-end d’avril attendu en Lozère a pu être sauvé : le trophée Technilait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

Lancé sous sa forme actuelle il y a trois ans, le trophée Technilait continue de distribuer des bons points aux éleveurs qui équilibrent au mieux technicité et arguments économiques, en lien avec les techniciens de la chambre d’agriculture. Une manière de récompenser le dur labeur sur l’exploitation mais aussi le travail effectué en lien avec les techniciens qui suivent les exploitations. « Ce trophée récompense avant tout le lien de confiance établi entre le technicien et son éleveur », relève Quentin Boyer, technicien à la chambre d’agriculture et en charge de l’organisation de l’événement.
Depuis trois ans, la technique et l’économique jouent une part dans le classement final : « nous tenons compte de la qualité du lait et de la cohérence du système. Nous regardons l’autonomie alimentaire, par exemple », note Quentin Boyer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.