Le Réveil Lozère 19 septembre 2018 a 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

Un week-end pour promouvoir une race et des filières

Partenaires de l’évènement, les filières de la race Aubrac seront présentes la semaine prochaine à Laissac. Président des Fleurs d’Aubrac, David Cayrel ammènera deux animaux pour présenter et représenter la production.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
David Cayrel, président des Fleurs d’Aubrac.
David Cayrel, président des Fleurs d’Aubrac. - © Aurélie Pasquelin

Installé depuis plusieurs années à Ressouche, sur la commune du Buisson, David Cayrel élève des Aubrac en Gaec avec son frère. Connus des agriculteurs de la région pour leurs participations fréquentes aux différents concours de la race, les associés produisent aussi des Fleurs d’Aubrac depuis plusieurs années maintenant. « Pour les éleveurs, la filière est intéressante, confie David Cayrel, président des Fleurs d’Aubrac. C’est une production rémunératrice, qui ne demande pas beaucoup de main-d’œuvre. Le prix payé est, lui, compris entre 50 et 60 centimes de plus au kilo-carcasse qu’en filière classique. Un plus pour les éleveurs mais surtout une tranquillité puisque les cours des Fleurs d’Aubrac varient très peu. En gros, on peut savoir, deux ans à l’avance, le prix auquel l’animal sera payé. »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1476, du 20 septembre 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Il est nécessaire que les particularités des projets agricoles soient prises en compte : la FNSEA et l’Apca poursuivront leur combat pour exclure les bâtiments à vocation agricole du dispositif

lancent les organisations dans un communiqué le 4 juin.