Le Réveil Lozère 22 avril 2020 à 11h00 | Par Agrapresse

Le ton monte entre Didier Guillaume et la FNB sur le prix des bovins

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Devant le refus du ministre de l’Agriculture Didier Guillaume d’instaurer un prix minimum pour la viande bovine, la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA), répond le 20 avril en « amplifiant son appel aux éleveurs à maintenir leurs animaux en ferme, en dépit des conséquences économiques ». Le syndicat – qui dénonce « l’inaction » du ministre – indique avoir reçu un courrier de réponse daté du 16 avril. Le locataire de la Rue de Varenne y écrit qu’un prix minimum « pourrait se révéler, in fine, contre-productif en favorisant la viande importée au détriment de la production nationale ». « Quel ministre de l’Agriculture peut accepter avec tant de passivité, dans la période actuelle, que les éleveurs vendent leurs animaux à un prix encore plus bas ? », feint de s’interroger la FNB. « Les ventes de viandes bovines se portent au mieux », rappelle le syndicat. Mais « le prix payé au producteur – contrairement au prix payé par le consommateur - a enregistré une nouvelle baisse la semaine dernière » : il se situe désormais à « 1,33 euro du kilo en dessous du coût de production des éleveurs pour la catégorie des vaches de race à viande », d’après la FNB.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.