Le Réveil Lozère 20 mai 2020 à 10h00 | Par FDSEA 48

Sécheresse 2019 : une reconnaissance calamité inégale sur le territoire

Malgré l'insistance des syndicats à faire reconnaître l'ensemble du territoire en calamité pour 2019, des disparités demeurent dans le rendu de la commission.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'année 2019 a été marqueée une fois encore par les aléas climatiques. Un gros orage, à la mi-juin, a anéanti les récoltes au moment de l'ensilage.
L'année 2019 a été marqueée une fois encore par les aléas climatiques. Un gros orage, à la mi-juin, a anéanti les récoltes au moment de l'ensilage. - © Annick Conté - Illustration

L'année 2019 a été marqueée une fois encore par les aléas climatiques. Un gros orage, à la mi-juin, a anéanti les récoltes au moment de l'ensilage. Une sécheresse durant l'été, avec des épisodes intenses de canicule sur une grande partie du département, a pénalisé fortement les exploitations.
Comme le souligne Vincent Bonnet : « la FDSEA et les JA ont été les seuls syndicats à demander le classement en calamité agricole de l'ensemble du département ». Notre demande n'a pas été totalement entendue par le comité départemental d'expertise qui  a reconnu la zone grêle au centre du département, ainsi que deux zones où la sécheresse a été marquée : une zone au nord-ouest (Aubrac) et une zone au sud-est (Cévennes). Sur la zone nord-ouest, nous avons insisté pour classer quatre communes (le Malzieu-Ville, le Malzieu-Forain, Lajo et Saint-Alban-sur-Limagnole), qui en avaient été  écartées pendant plusieurs années.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.